Accueil du site > Actualités scientifiques > Essais cliniques et protocoles > Une approche thérapeutique prometteuse pour la CMT1A

Une approche thérapeutique prometteuse pour la CMT1A


Les scientifiques de Ionis Pharmaceuticals (Californie), en collaboration avec l’Association Charcot-Marie-Tooth américaine (CMTA), ont identifié une approche thérapeutique importante et encourageante issue de la technologie antisens pour traiter les CMT de type 1A, la forme la plus commune de la maladie (la moitié des cas de CMT).

La CMT1A est causée par la duplication du gène de la protéine 22 de la myéline périphérique (PMP22). Cette mutation affecte la gaine de myéline des nerfs, provoquant une neuropathie et une atrophie musculaire. C’est pourquoi réduire le niveau de la protéine PMP22 a longtemps été considéré comme l’approche de traitement la plus prometteuse pour cette forme de pathologie.
Dans cette étude, les chercheurs de Ionis Pharmaceuticals ont mis à profit leur expertise de leader mondial dans le développement d’oligonucléotides antisens. Ces thérapies ciblent précisément les produits de gènes responsables de maladies. Les oligonucléotides sont alors utilisés pour reconnaître spécifiquement un ARN messager. Le but est d’inhiber la synthèse de la protéine correspondante.

Pour la CMT1A, les médicaments antisens ont été conçus pour réduire la quantité d’ARN messager de PMP22 (ARNm), ce qui à son tour réduit la production de la protéine PMP22. Les chercheurs ont testé les composés antisens les plus puissants dans deux modèles animaux différents de CMT1A.
Pour ces deux modèles, des injections hebdomadaires du médicament antisens ciblant PMP22 ont inhibé la progression de la neuropathie et même amélioré certains aspects de la maladie pendant le traitement.
« Nos chercheurs ont développé avec succès des médicaments antisens pour d’autres maladies neurologiques, telles que l’amyotrophie spinale et la polyneuropathie résultant d’une transthyrétine amyloïdienne héréditaire », a déclaré C. Frank Bennett, Ph. D., vice-président principal de la recherche et chef de la franchise neurologique chez Ionis.
« Les résultats que nous avons observés jusqu’à présent pour CMT1A sont très prometteurs, mais il reste beaucoup à faire pour déterminer si ces études chez les rongeurs peuvent être traduites en une thérapie pour les patients CMT1A. »

Encouragée par ces résultats précliniques, Ionis Pharmaceuticals a affiné sa sélection de médicaments antisens contre l’ARNm de la PMP22 humaine pour identifier les plus prometteurs en vue de futurs essais cliniques chez les personnes atteintes de CMT1A.
« Nous nous approchons enfin d’une thérapie pour cette maladie qui, jusqu’à aujourd’hui, n’a eu aucune option de traitement viable », a déclaré Amy Gray, PDG de l’Association Charcot-Marie-Tooth américaine.